Rechercher
  • MyLifestyleFamily

Celles que nous devions être

Je t'ai longtemps espéré. Je t'ai rêvé, imaginé. J'ai continué à croire en toi malgré les échecs, la peur de te laisser à l'étape de projet. Chaque mois j'ai croisé les doigts pour ne pas te voir t'éloigner un peu plus. J'ai serré les dents durant les semaines de traitement et retenu mon souffle à chaque rendez-vous de suivi pendant la FIV.

Puis un jour, alors que je n'y croyais plus, que l'espoir me quittait peu à peu et que j'étais prête à renoncer tu es arrivée. Une prise de sang et la douleur de ses années à t'attendre qui venait rouler sur mes joues.

A partir de ce 6 décembre 2016 je n'ai fait que penser à toi, à nous, à notre histoire. Passé le cap stressant des trois premiers mois, nous avons appris que tu étais une petite fille! Tu ne le sais pas encore mais ton papa lui, oui, j'ai toujours besoin de me projeter, de voir plus loin que ce que j'ai à portée de main. J’ai besoin de maitriser les choses. J'aurais du apprendre de ce parcours PMA, pour finalement réaliser que l'on ne peut rien projeter. Mais que veux-tu je suis comme ça! Et puis je me rappelle l'impatience après ces longs mois de PMA. Je voulais déjà sentir l'odeur de ta peau, connaitre la couleur de tes cheveux et de tes yeux, caresser ton visage et m'enivrer de tes rires. J'imaginais sans cesse notre première rencontre.

Mon bébé doux j’ai eu droit à la totale! Terme dépassé : décollement des membranes par la sage femme. Le mercredi soir nous étions à la maternité, pour t'accueillir enfin dans notre famille, le vendredi! Deux déclenchements, des heures de travail pour avoir droit à une césarienne! Que de rebondissements ma douce! Nos premières heures pour l'allaitement ont été compliquées également. Tu t'endormais, tétais peu mais grâce à l’aide des auxiliaires de puériculture et des sages femmes nous avons persévéré et nous y sommes finalement arrivées.

Zoé tu auras 2 ans dans quelques mois. Je réalise que je me suis trompée pendant ces mois, ces années où j'ai pensé à toi et à notre relation mère/fille. J'ai imaginé des situations et des échanges avec un bébé virtuel et tu es loin de cette petite fille! Tu es merveilleusement douce mais parfois tu peux être une petite tempête. Tu es également aussi impatiente que je peux l'être. Tu as un sacré caractère parce que tu sais ce que tu veux et ce que tu n'aimes pas. Bien évidemment tu ne sais pas exprimer tes sentiments, tes besoins et cela est source de frustration, pour toi comme pour moi qui tente parfois vainement de décrypter tout cela.

Je n'avais pas notion que tu demanderai autant d’attention, de présence, ce besoin animal de ta maman. Je me sens parfois dépassée par cette volonté que tu as de fusionner. Mais peut être que tu me renvoies ce que j'ai projeté sur toi durant ma grossesse et durant tes premières semaines de vie. Je me revois encore te coller contre moi, pour te protéger d'hypothétiques malheurs. Incapable malgré moi de te partager. Bien souvent je dois être tout à toi, rien qu'à toi. Nous avons connu des hauts et des bas mon petit coeur. Je ne pouvais pas toujours répondre à tes attentes et tu ne pouvais le comprendre.

Ce soir, alors que tu t’es réveillée et que tu as demandé à te coller contre moi pour te rendormir, je comprends enfin mon « erreur ». J’ai voulu te façonner à l’image de ce petit être que j’avais longuement imaginé. Sans me rendre compte que je t'avais moi-même mise en position de bébé fusionneur. Pardonne-moi ma douce. Car vois-tu être maman c’est un cheminement de tous les jours et j’apprends sans cesse sur le plus beau métier du monde. Ce soir je te propose de continuer à avancer main dans la main. Poursuivons notre apprentissage à deux, pour façonner notre monde et faire en sorte qu’il corresponde à ce que nous souhaitons l’une et l’autre, sans nous affronter.

Nous sommes loin de ce que j'attendais, nous sommes au delà. Nous vivons un amour éternel, pur et plein de découverte sur nous mêmes. Il nous faut apprendre à vivre l'une avec l'autre, l'une pour l'autre sans toutefois s'oublier. A celles que nous devions être je voudrais dire que je nous ai aimé mais nous n'étions que le pâle reflet de ce que cette relation mère/enfant nous offre quotidiennement.

Il y a quelques mois, quelques semaines je n’aurai jamais osé écrire ces quelques lignes. C’était admettre que je ne suis pas parfaite. Mais tu m’as fait comprendre que tu ne recherches pas cette maman parfaite, mais juste TA maman. Celle qui pourra te cajoler, te rassurer, rire avec toi, t’apprendre de nouvelles choses, s'émerveiller de tes découvertes et fondre d’amour lorsque tu prononces de nouveaux mots de ta petite voix douce.

Mon tendre amour, compte sur moi.

Je t’aime.

Maman


18 vues

Posts récents

Voir tout

Do your best

A l’occasion de la fête des mères Odette et Lulu, concept store en ligne a publié un texte magnifique à l'attention de toutes les mamans. Une ode pour nous toutes, mamans imparfaites mais ayant à coeu

        © 2023 by Design for Life.

        Proudly created with Wix.com